Doit-on corriger les documents traduits par des outils de traduction automatique ?

Il est de plus en plus courant pour les agences et les traducteurs indépendants de recevoir des demandes de correction, faites à l’aide d’outils de traduction automatique (TA). Ces traducteurs automatiques ont de nombreux défauts, que j’ai déjà décrits dans ce blog, et peuvent être problématiques pour quiconque recherche un service de traduction professionnel.

Ceux qui ont essayé cette méthode, en pensant qu’elle permettrait de gagner du temps, se sont rendu compte que corriger un texte traduit automatiquement, prend beaucoup plus de temps que de le traduire à partir de zéro. Les TA semblent être une option attrayante pour économiser du temps et de l’argent et sont donc tentants pour les clients et les traducteurs inexpérimentés.

C’est peut-être une expérience que certaines personnes doivent vivre, pour comprendre qu’une traduction professionnelle est le meilleur choix.

Qu’est-ce que la post-édition ?

La post-édition consiste à réviser et modifier un texte traduit avec un outil de traduction automatique pour obtenir un texte « acceptable » et le rendre humainement intelligible. Le texte brut de la traduction automatique est appelé « pré-traduction ». Ainsi, le but principal de la post-édition est de s’assurer qu’une prétraduction a la qualité d’un texte final, c’est-à-dire une qualité équivalente à celle d’une traduction humaine.

Parfois, il suffit de modifier ou de reformuler les segments cibles et, dans d’autres cas, de les réécrire à partir de zéro. C’est là qu’intervient la capacité de décision du post-éditeur, ce qui, est l’une de ses qualités.

Existe-t-il des degrés de post-édition ?

En fonction de la nature du document prétraduit et de son destinataire, différents degrés de post-édition peuvent être différenciés, toujours en accord avec le client final.

  • Post-édition rapide : Destinée aux textes à usage interne, qui ne sont pas destinés à être publiés à l’extérieur. L’objectif de ce type de post-édition est de convertir une prétraduction en un texte lisible, compréhensible pour le public cible et lui permettant d’avoir une vue d’ensemble rapide de son contenu. Normalement utilisée pour des textes en cas d’urgence quand le client veut seulement connaître le contenu, tels que les documents pour des réunions internes. Ce type de post-édition se limite à corriger les erreurs de traduction sans tenir compte de la valeur stylistique du texte.
  • Post-édition complète : Ce type de post-édition vise à produire un texte d’une qualité équivalente à celle d’une traduction humaine. L’intervention du post-éditeur est essentielle, de même que sa formation et sa capacité à réviser les textes prétraduits. Les principales corrections dans le processus de post-édition sont : la terminologie, la syntaxe, la morphologie, l’orthographe et la ponctuation. Dans certains cas, il est également nécessaire de détecter les parties manquantes et de saisir leur traduction.

Avant d’entamer un processus de post-édition

Il est conseillé d’analyser la qualité et de comparer la prétraduction obtenue avec le texte original.

post-edition-traduction-automatique-correction-esprit-freelance

La post-édition consiste à réviser et modifier un texte traduit avec un outil de traduction automatique

La post-édition est-elle rentable ?

Lorsqu’un texte qui a été traduit par une machine devient illisible ou nécessite un niveau élevé d’intervention de la part du post-éditeur pour sa compréhension, il est parfois plus rentable de le traduire directement à partir du texte original. Il est important de souligner qu’il n’est pas toujours rentable de travailler avec des prétraductions, si le résultat n’est pas assez bon. C’est pourquoi, il est souvent préférable d’utiliser la méthode traditionnelle de traduction et de relecture. On économisera du temps et des ennuis.

De nombreux professionnels hésitent à se consacrer à cette discipline parce qu’ils la considèrent comme une activité quelque peu ingrate, bien que cela puisse être simplement dû à de mauvaises expériences dans lesquelles ils ont été confrontés avec un texte de mauvaise qualité. Ils ne doivent donc pas se fermer à de nouveaux projets de ce type, mais analyser la qualité du projet demandé afin de voir s’ils pourront le prendre en charge.

Outre le problème de la qualité

Il y a aussi le problème de la confidentialité, de la protection des secrets commerciaux des clients et même du droit d’auteur.

Reconnaître un texte pré-édité

Vous pouvez facilement découvrir qu’un texte a été traduit automatiquement, parce que des erreurs très courantes et évidentes se produisent avec ces traducteurs qui fonctionnent sans intervention humaine.

Pour ceux qui veulent savoir si un texte a été traduit avec Google Translate, voici les erreurs les plus communes qui révèlent que la traduction n’a pas été faite d’une manière humaine (ou, pas seulement humaine).

  • Mise en forme modifiée : Les lettres majuscules ont été remplacées par des minuscules ; les caractères gras ont été remplacés par l’italique ; changements de la police de caractères (Times New Roman à Arial, etc.).
  • Ne reconnaît pas les fautes d’orthographe et traduit mal les phrases mal orthographiées : Toute phrase mal orthographiée dans l’original, entraînera une phrase incohérente dans le document traduit.
  • Incohérences étranges : Toutes les incohérences ne sont pas des erreurs, parce que les synonymes ajoutent de la richesse à un texte. Mais le type d’incohérence, que nous trouvons dans la traduction automatique, est différent. Il s’agit d’incohérences insignifiantes. De telles incohérences apparaissent tout le temps et côte à côte (même dans le même paragraphe ou la même phrase), de sorte qu’il est clair qu’il s’agit bien d’une TA et non d’un effort de l’homme pour utiliser des synonymes.
  • Ne traduit pas toutes les parties du texte : Attention, parce qu’il y a toujours des mots non traduits dans un document traduit avec TA.
  • Traduit les noms de fichiers : Le nom du fichier traduit peut déjà vous dire qu’il y a « quelque chose de bizarre ». Un traducteur professionnel ne le traduirait pas.
  • Ne reconnaît pas les phrases avec une mauvaise formulation dans l’original : Tous ceux qui traduisent savent de quoi je parle… Ceux qui traduisent des textes techniques pourront penser à des milliers de phrases qui « sont comprises », mais qui sont mal écrites. L’une des tâches principales du traducteur est peut-être précisément celle de comprendre le document original, pour pouvoir l’écrire dans sa langue. Les personnes qui ont développé le logiciel de TA avaient peu ou pas d’idée de ce qu’était le travail du traducteur, en pensant que traduire c’était du mot à mot. En fait, une traduction est souvent meilleure lorsqu’elle ne colle pas à l’original, mais en disant la même chose et sans altérer en aucune façon le sens originel du message. Le traducteur produit un texte parfait dans la langue cible et « fait de la magie ». Et c’est là que le traducteur ou le correcteur sourit et s’émerveille, parce que c’est l’art de la traduction.

Conclusions 

Non seulement la traduction automatique ne diminue pas la charge de travail des traducteurs humains, mais dans certains cas, elle contribue même à augmenter le nombre de projets de traduction. Puisque des textes qui, dans d’autres circonstances, notamment en termes de temps et de coûts, n’auraient pu être entrepris autrement, sont en cours de réalisation.

C’est pourquoi notre capacité à nous adapter aux nouvelles tendances du marché pour tirer parti de la nouvelle discipline de la post-édition, entre en jeu.

Il est incontestable que la traduction automatique jouera un rôle de plus en plus important au fil des ans, mais il est également vrai que la qualité d’une traduction automatique brute n’est pas comparable à celle d’un être humain. Par conséquent, l’intervention humaine, les compétences et les capacités sont encore nécessaires pour « améliorer » le résultat final dans la phase de post-édition.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s