7 Mythes et réalités sur la traduction

De nombreuses idées fausses sur la traduction se sont répandues depuis plusieurs années. Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des mythes les plus populaires sur la traduction, ainsi qu’une série de recommandations pour éviter que ces idées fausses ne nuisent à la performance de votre entreprise.

Mythe 1 : « Quiconque est bilingue peut traduire. »

Réalité : Le fait qu’une personne parle ou comprenne une langue étrangère ne signifie pas qu’elle soit capable de traduire efficacement. La langue orale est très différente de la langue écrite, et parler couramment ne signifie pas nécessairement bien écrire. De plus, le travail du traducteur ne se limite pas à la rédaction. Il est nécessaire d’avoir une formation théorique qui lui permette de connaître les problèmes inhérents à la traduction et à la communication interculturelle.

La traduction est bien plus que le remplacement de mots. Le traducteur doit être capable de produire un texte qui sonne naturellement dans la langue cible, ce qui est plus compliqué qu’il n’y paraît à première vue. Il s’agit d’une compétence acquise et développée grâce à la formation professionnelle et à des années d’expérience. Par exemple, un traducteur doit savoir évaluer quand il convient d’adapter les éléments culturels du texte original et quand il est préférable d’opter pour une traduction plus littérale. Par conséquent, lorsqu’il s’agit de traduire des textes importants, tels que le site Web d’une entreprise ou des documents publicitaires, il est important de faire appel à des services de traduction professionnels.

Mythe 2 : « Il n’est pas nécessaire de payer pour une traduction. La traduction automatique en ligne est gratuite et fiable.

Réalité : Le logiciel de traduction peut être utile à certaines fins (par exemple, pour donner une idée très générale du texte), mais il n’est en aucun cas une source fiable de traduction. Le problème de base avec la traduction automatique est que le logiciel n’est pas capable de penser ou de comprendre le texte. Le logiciel ne comprend pas les ambiguïtés, n’est pas capable de gérer les éléments irréguliers du langage, et produit de multiples erreurs parce qu’il ne tient pas compte du contexte.

En revanche, un traducteur humain professionnel comprend le texte et sait comment communiquer efficacement le sens dans une autre langue. Un traducteur professionnel est essentiel pour une traduction de qualité. Les investissements monétaires seront récompensés en termes de qualité et de fiabilité.

Mythe 3 : « La traduction peut se faire rapidement. Si j’envoie un document de 50 pages à un traducteur cet après-midi, la traduction peut être prête demain. »

Réalité : La traduction professionnelle prend beaucoup de temps. Il n’est pas raisonnable de supposer que des traducteurs professionnels peuvent traduire instantanément. Beaucoup de gens pensent que la traduction est une tâche simple qui peut être faite rapidement, mais la réalité est que le processus est long et complexe. Le travail d’un traducteur professionnel implique avant tout une lecture attentive du texte original. Dans de nombreux cas, la recherche terminologique et la consultation de dictionnaires spécialisés ou l’utilisation d’autres documents de référence sont nécessaires. Le délai varie en fonction du texte, il est donc important de consulter et de convenir des délais de livraison avec le traducteur, sans supposer que la traduction sera prête immédiatement.

Il est vrai que la traduction automatique assistée par ordinateur permet des traductions instantanées, mais les résultats peuvent être désastreux. En revanche, le travail d’un traducteur professionnel prend du temps, et cet aspect se reflète dans la bonne qualité du produit final. C’est une grosse erreur de demander des traductions trop urgentes (par exemple, de demander une traduction de 40 ou 50 pages d’un jour à l’autre), car cela nuit à la qualité de la traduction et est souvent impossible à produire avec succès et qualité.

Mythe 4 : « Les traducteurs peuvent traduire n’importe quel texte s’ils connaissent la langue. »

Réalité : Personne ne peut être un expert sur tous les sujets. La connaissance d’une langue est évidemment nécessaire pour traduire, mais ce n’est pas tout. Pour pouvoir traduire un texte dans un domaine donné, le traducteur doit posséder des connaissances spécifiques dans ce domaine. Par exemple, les traducteurs médicaux développent une connaissance approfondie des termes médicaux et de la biologie, ainsi que des procédures anatomiques et médicales. De même, un traducteur juridique doit avoir une connaissance de la législation pertinente et de préférence être agréé en tant que traducteur expert. Un traducteur qui ne comprend pas le contenu de ce qu’il traduit produira inévitablement une mauvaise traduction.

mythes-legendes-realites-traduction-traducteur-esprit-freelance

Évitez que ces idées fausses sur la traduction ne nuisent à la performance de votre entreprise (Image : freepik)

Mythe 5 : « Les traducteurs peuvent interpréter et les interprètes peuvent traduire.

Réalité : Beaucoup de gens pensent que la traduction et l’interprétation sont interchangeables, c’est-à-dire qu’ils pensent que l’interprétation est simplement une « traduction orale » et que n’importe quel traducteur peut fournir des services en tant qu’interprète. Cependant, la réalité est qu’il y a une nette différence entre la traduction et l’interprétation. L’écriture et l’expression orale sont des choses très différentes, et les compétences requises pour s’acquitter efficacement de chacune de ces tâches sont très différentes. Le fait qu’une personne soit qualifiée pour exercer l’une de ces activités ne signifie pas nécessairement qu’elle peut exercer l’autre.

La traduction désigne spécifiquement la production d’un texte écrit. Le traducteur doit posséder des compétences en lecture et en écriture, ainsi qu’une bonne connaissance de la linguistique. Lorsqu’on lui demande de traduire un texte, le traducteur peut utiliser des dictionnaires et des documents de référence, effectuer toutes les recherches pertinentes et est responsable de la rédaction d’un texte avec soin et exactitude.

L’interprétation se rapporte spécifiquement à la production orale. Par exemple, l’interprète entendra une série de déclarations en français et les exprimera immédiatement oralement en anglais. Il n’a pas le temps de faire des recherches, de consulter plusieurs dictionnaires ou de préparer soigneusement chaque énoncé. Il est important d’avoir des compétences en phonétique et en communication interculturelle. Des compétences en compréhension orale sont également nécessaires, ainsi que des compétences en expression orale, en modulation vocale et en diction.

Il est donc erroné de supposer que ces activités sont « fondamentalement les mêmes ». Il est important de considérer le type de service dont votre entreprise a besoin pour déterminer qui est qualifié pour l’exécuter.

Mythe 6 : « La traduction d’un locuteur natif est toujours meilleure que celle d’un traducteur non natif. »

Réalité : De nombreux clients supposent simplement qu’un locuteur natif d’un pays donné sera le meilleur traducteur possible. Cependant, cela est loin de la réalité. Être un locuteur natif ne signifie pas nécessairement que vous pouvez traduire. Par exemple, il existe plus d’un milliard de locuteurs natifs chinois, mais seuls quelques-uns sont capables de traduire correctement et de manière fiable dans un certain contexte commercial. Il est faux de penser qu’un locuteur natif sera automatiquement un traducteur talentueux. Dans toutes les langues, la traduction exige discipline, études, expérience et pratique continue.

Mythe 7 : « Il est logique de choisir le traducteur qui offre le prix le plus bas.

Réalité : Un traducteur qui offre des prix très bas doit maintenir ses coûts aussi bas que possible. Il faudra probablement travailler avec des traducteurs non professionnels et sacrifier la qualité de la traduction. En ce qui concerne la traduction pour votre entreprise, opter pour une solution bon marché peut s’avérer coûteux à long terme, en termes de qualité et de fiabilité.

Recommandation finale :

Il est important de garder à l’esprit la réalité derrière ces mythes, pour éviter de prendre des décisions qui nuisent à la performance de votre entreprise. Votre entreprise aura plus de chances de réussir ses projets de traduction et de communication interculturelle si vous avez une vision réaliste de ces processus.

 

Publicités

2 réflexions sur “7 Mythes et réalités sur la traduction

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s