Descriptions de nos clients et comment agir ? | Traducteur

Dans cette publication, je vais faire une petite description des différents clients qu’un traducteur professionnel peut croiser au jour le jour. Je suis traductrice professionnelle freelance depuis quelques années, et j’ai dû répondre à différents clients. 

Je vais faire une description avec respect et affection envers tous et, pourquoi pas, avec un peu d’humour. 

1. Le client expert dans l’art de la brièveté

Ce client, vous enverra un document joint à un mail avec simplement écrit : « À traduire ». Il ne dira rien d’autre, il ne fournira pas de données ou de dates, ni d’indications ou d’observations. Ce sera à vous de prendre votre boule de cristal et de deviner les données qui vous manquent. Ensuite, vous recevrez des réponses à vos questions, très courtes comme « oui », « non », « c’est possible », « Je ne sais pas », « Je ne comprends pas », etc.

Comment agir : À l’évidence, il est conseillé d’envoyer une réponse amicale en demandant les informations manquantes et également d’envoyer vos tarifs. Vous devez rester cordial, même si vous êtes un peu agacé. Et s’il n’a pas su ou voulu dédier du temps à vous répondre, au moins, qu’il remarque que vous avez accompli un travail de qualité.

2. Le client qui a besoin d’une traduction « en urgence ».

Avec ce client, c’est toujours super / méga urgent. Vous devrez interrompre tout ce que vous faites, pour traduire son document. Il est typique également qu’il vous « harcèlera » avec plusieurs mails pendant la journée pour vous demander où en est sa traduction. Il vous demandera aussi d’être très, très, mais très attentif. Car il risque, tout au long de la journée, de vous envoyez un mail avec un texte à traduire, ce qui, comme à chaque fois, sera envoyé le lendemain. Et il n’est pas surprenant que le jour passe et que rien n’arrive, ni le lendemain… et le troisième jour, vous lui écrivez en lui demandant aimablement si le document a été envoyé. Et sa réponse sera : « En fin de compte, ça n’a pas pu se faire désolé, je pense que j’ai oublié de vous prévenir ».

Comment agir : S’il vous informe qu’il va vous envoyer un mail vers 20h – 21h, répondez-lui cordialement que vous ne pourrez pas l’ouvrir, avant la première heure du lendemain. Je suis consciente, que cela dépend aussi de vos besoins en tant que traducteur si vous avez besoin d’effectuer de nouvelles missions de traduction. Toutefois, il ne faut pas habituer son client à vous voir toujours en ligne ou disponible à tout temps. Une autre option est d’informer le client que si vous travaillez « à certaines heures », que vous allez lui facturer un supplément pour une traduction urgente. Mais attention de ne pas proposer un tarif trop élevé, car d’autres traducteurs seront prêts à effectuer ce travail sans supplément. Je le répète, tout dépend de votre situation personnelle.

3. Le client désespéré ou celui qui a un projet impossible à réaliser.

Ce client, personnellement, je le trouve très curieux. Il aura toujours des missions impossibles à réaliser. Il vous enverra un texte technique de 15 000 mots pour le lendemain matin. Il aura aussi besoin de ce texte en anglais et en italien sans savoir à qui s’adresser : “Vous parlez anglais et italien, n’est ce pas ?”. Et évidemment, la traduction devra être impeccable car il va devoir imprimer des catalogues, des brochures et des manuels qui seront vu par des milliers de personnes. Sans oublier, de lui faire un prix, puisque, comme vous le comprendrez, c’est une traduction d’un certain volume.

Comment agir : dans ce cas, la réponse va de soi. Mais rappelez-vous, toujours avec sympathie et gentillesse, en expliquant les raisons (bien qu’elles soient évidentes) pour lesquelles vous ne pouvez pas réaliser cette traduction qu’il vous demande.

4. Le client avec un projet volumineux 

C’est un client qui vous envoie un projet de traduction, en commençant par vous demander une remise pour le volume. Ce client vous assure qu’il vous enverra beaucoup plus de textes à traduire, car il lance une nouvelle gamme de produits ou ouvre un marché dans son pays.

Comment agir : La prudence est de mise. Vous devez savoir ce que le client considère comme une charge de travail importante. L’application d’une remise dépendra de la situation personnelle de chaque traducteur. Mais attention, à ne pas habituez vos clients à appliquer des remises pour n’importe quel volume. Votre travail a un prix, et vous offrez de la qualité. 

5. Le client rétro

Ce client qui est généralement très gentil et charmant, mais toujours ancré dans le passé. Ses textes sont très particuliers. Il peut vous envoyer un document des années 80 grâce à une photo prise avec un téléphone portable des années 90. Soit un texte manuscrit très mal scanné, soit des documents rédigés avec une machine à écrire « à l’ancienne » etc. Il est également très typique qu’il veuille prendre rendez-vous avec vous, pour vous remettre les six pages à traduire même si vous habitez à l’autre bout de la ville.

6. Le client qui fait des enchères 

Vous recevez un email avec une proposition de traduction et vous voyez que dans la section « pour » votre adresse e-mail apparaît à côté de celle de beaucoup d’autres collègues traducteurs. Cet email vous a été envoyé par un client potentiel qui a trouvé une liste de traducteurs et qui n’a même pas eu la délicatesse de les mettre en « copie cachée ».

Comment agir : Si vous avez vraiment besoin de ce projet, vous devez réagir rapidement. Normalement, dans ce type d' »enchère », ni le tarif le plus élevé ni le tarif le plus bas ne l’emporte. Si votre message est rapide, précis et que votre réponse montre que vous savez de quoi vous parlez et que vous répondez aux exigences de la traduction du client vous n’avez pas besoin d’offrir un tarif plus bas. Lorsqu’un traducteur potentiel fait ce genre de choses, c’est généralement parce qu’il ne connaît pas notre travail. Gardez à l’esprit que ce sont généralement des messages de personnes un peu « perdues » et qui n’ont jamais eu de projet de traduction. Certains traducteurs préfèrent ne pas répondre à ces propositions. Tout est respectable et dépend beaucoup de la situation personnelle et des besoins personnels de chaque traducteur.

7. Le client qui apparaît – disparaît

Un client vous envoie 8000 mots à traduire de l’anglais vers le français en trois jours. Vous commencez à traduire et à la fin de la première journée, vous lui envoyez une liste de questions que vous avez observé tout au long du document afin qu’il ait suffisamment de temps pour vous répondre. Le deuxième jour, vous n’avez pas de nouvelles… vous continuez à traduire. Au début du troisième jour, vous écrivez de nouveau un autre e-mail et… toujours rien.
Lorsque le délai arrive, vous envoyez la traduction finale accompagnée d’un rapport dans lequel vous énoncez à nouveau les doutes et la manière dont vous avez tenté de les résoudre de la meilleure façon possible selon votre propre jugement, mais en insistant sur le fait que ce n’est peut-être pas la solution idéale. Et vous n’obtenez toujours pas de réponse du client. Vous commencez à vous inquiéter sérieusement, mais soudainement, votre banque vous annonce que vous avez reçu un virement avec le paiement de la traduction. Et c’est là que vous faites cette expression :

Comment agir : Surtout, gardez votre calme, il y a des clients qui ne lisent pas les emails correctement ou qui ne les lisent pas attentivement. Dans ce cas, le plus important est de tout écrire, les mots se perdent même s’il s’agit d’un client avec lequel vous travaillez habituellement. Si vous avez des questions, posez-les lui, même s’il ne vous répondra pas. Tout sera écrit et s’il y a d’éventuels problèmes futurs, il verra que vous aviez eu ses doutes et que vous avez essayé de résoudre ce problème de la meilleure façon possible en n’ayant pas de réponse de sa part.

8. Le client avec une traduction assermentée, ou pas

Une attention particulière doit être accordée à ce client, car il ne sait pas exactement ce dont il a besoin en raison de son manque de connaissance du secteur de la traduction. Le client vous envoie des documents à traduire et vous informe par email qu’il a besoin d’une traduction juridique. Parfait ! Ce n’est pas un problème. Mais vous ouvrez les documents et quand vous les voyez, toutes les alarmes commencent à sonner dans votre tête. Cela se produit lorsque les documents sont des certificats de naissance, de mariage, un casier judiciaire… Ou s’il s’agit d’un bilan financier, d’un compte annuel ou d’un document de l’administration fiscale.

Comment agir : C’est à ce moment- là que vous devez contacter le client et lui demander s’il s’agit d’une traduction juridique ou d’une traduction assermentée. Le client peut vous répondre par une réponse claire et précise qu’il n’a pas besoin de le faire traduire par un traducteur assermenté. mais vous pouvez aussi voir qu’il hésite dans sa réponse. Si c’est le deuxième cas, alors vous devez lui expliquer la différence. 

9. Le client parfait

C’est le client qui explique tout ce dont il a besoin dans un seul message. Il ne demande rien d’étrange et lorsqu’il vous envoie le document, il vous donne « assez » de temps pour le faire. Même de temps en temps, il peut vous faire des compliments.

C’est le client qui vous envoie un projet de traduction dans un email avec un sujet et une description correcte. Dans la ligne objet, il vous donne une brève description du projet, par exemple : « Traduction d’un manuel technique de l’anglais vers le français ». Le message commence par un « Bonjour », et il explique de manière concise et brève le travail de traduction. Il finira même par un « Cordialement ».

Il ne tentera pas non plus de modifier les délais une fois que le projet commence. Bien entendu, il acceptera vos tarifs de traduction car il fait confiance à votre professionnalisme.Vous allez aimer travaillez avec lui et si vous pouvez livrer la traduction avant la date limite, vous le ferez. Heureusement, le secteur de la traduction est une activité professionnelle de plus en plus reconnue.

Et vous, que pensez-vous de ces clients ?

 

Publicités

2 réflexions sur “Descriptions de nos clients et comment agir ? | Traducteur

  1. Cedric dit :

    Eh bien eh bien…je vois que tu as souvent à faire avec des clients relous…
    Moi, je cherche encore mon premier client en Rédaction web car je viens de débuter, mais je suppose que ce sont les mêmes profils en Rédaction web…voilà qui va m’aider à répondre du tac au tac !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s